L’initiative Midata

de | 22 juin 2012

Empower consumers avec Midata

En novembre 2011, le gouvernement britannique a lancé le projet visionnaire Midata.

L’idée est de rassembler de grands acteurs du commerce et de l’industrie ainsi que des associations de consommateurs, sur la base du volontariat, autour d’une idée très simple :

« Data should be released back to consumers » (les données devraient être rendues aux consommateurs).

Midata a déjà réuni plus de 25 entreprises autour du projet : BarclayCard, MasterCard, HSBC, British Gas, Scottish Power, Google, EDF Energy,…

Vous pouvez lire ici le blog du Department for Business Innovation & Skills qui annonce le lancement du programme et le rapport gouvernemental concernant la stratégie de « consumer empowerment », Better Choices: Better Deals, à l’origine de Midata.

En poussant les acteurs du secteur privé à ouvrir et à rendre plus facilement accessibles les données personnelles qu’ils possèdent sur leurs consommateurs, le gouvernement Britannique espère les avantages suivants :

  • Pour l’Economie : Midata va dynamiser l’économie en accélérant la compétition entre les entreprises en termes de valeur et de service. Midata va tirer l’innovation.
  • Pour les entreprises : Midata va créer des opportunités pour les entreprises en encourageant le dialogue entre les individus et les entreprises et en améliorant la confiance entre ces deux partis. Midata sera également une plate-forme pour l’innovation, rendant possible l’apparition de nouveaux services et de nouveaux outils
  • Pour les consommateurs : Midata permettra aux consommateurs d’accéder à leurs données de manière sécurisée et de prendre de meilleures décisions, correspondant bien mieux à leurs besoins et envies. Les nouveaux services rendus possibles par Midata aideront les consommateurs à gérer leur vie plus efficacement, par exemple en déterminant facilement le contrat d’énergie ou le forfait de téléphone le plus adapté à leur situation.

Y aller pas à pas

En lisant les commentaires postés sur le blog du gouvernement, on identifie aisément les nombreuses craintes et incompréhensions du public face à cette initiative :

  • enthousiasme limité concernant les bénéfices pour les individus. Les services ne sont pas encore assez concrets pour beaucoup de gens et ils ne comprennent donc pas ce que le gouvernement cherche à faire avec leurs données
  • peur de la création d’un gigantesque fichier regroupant toutes les données des sujets de sa Majesté, à la disposition du Gouvernement
  • doutes importants sur les intérêts des entreprises à partager des données consommateur durement acquises et stratégiquement essentielles
  • peur d’un grand besoin de ROI de la part des entreprises qui devront fournir un effort financier pour le formatage des données. Ce grand besoin de ROI selon certains, pourrait mener à des services allant contre l’intérêt des individus. Peur de l’apparition d’un grand marché des données personnelles.
Il semble que, même si le partage des données personnelles est enthousiasmant sur la vision, il doit encore convaincre tous les acteurs de la chaîne. Y aller pas à pas signifie :
  • convaincre les individus par des services innovants, clairs et concrets tout autant que par la vision.
  • convaincre les entreprise qu’elles ont ici l’opportunité d’améliorer leurs relations avec leurs clients, de proposer de nombreux nouveaux  services, d’enrichir leurs connaissance des client et de la demande et disposer de nouvelles opportunités commerciales.
  • bien délimiter le rôle de chacun et ce que chaque acteur a le droit de faire avec les données, qu’il soit public ou privé. Comme le rappelle bien l’un des commentaires sur le blog du gouvernement, c’est la loi qui dit les règle et empêche les abus, pas le marché. Le marché crée les conditions de l’innovation et une législation moderne est tout à fait en mesure de l’accompagner intelligemment. Pour réussir  à dépasser la simple vision, il faudra être capable de définir clairement les règles tout en faisant preuve d’un grande pédagogie.

La France aussi a son Midata grâce à l’initiative MesInfos

La France n’est pas en reste sur le partage des données personnelles, grâce à l’initiative MesInfos portée par la Fing (Fondation Internet Nouvelle Génération). Vous pouvez voir dans la vidéo ci-dessous la présentation du projet par Daniel Kaplan, délégué général de la FING :

Laisser un commentaire